Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 19:56

Voilà le compte rendu de la suite de nos aventures de la Campagne Impériale de Warhammer V1.

Le résumé présenté ici est un extrait du journal de voyage de l'halfelin Curly Crémecuite, un herboriste aux ambitions secrètes et victime de quelques soucis psychologiques, qui n'est autre que mon personnage...

Bonne lecture. Et vivement que l'on joue la suite !

 

Carnet de voyage de Curly Crèmecuite
éminent scientifique, alchimiste et herboriste

 

Je poursuis la rédaction de ce carnet de route. Il est essentiel que je prenne le plus grand soin à noter toutes mes aventures. Ma biographie aura sans aucun doute sa place dans la grande bibliothèque de l’université d’Altdorf lorsque je serai célèbre pour mes travaux et mes découvertes.

Nous voilà donc arrivé dans la charmante ville de Bögenhafen à bord de la péniche de Joseph. Le magot, l’héritage et le notaire n’étaient qu’une vaste supercherie. Et nous n’avons, bien évidement, personne à qui porter réclamation. L’imposture de Kastor Lieberung était pourtant une bonne idée, mais il n’y avait rien à récupérer à la clef. J’en conclus qu’il s’agissait là d’une diversion sournoise pour faire venir le dénommé Kastor Lieberung, le vrai, à Bögenhafen pour l’assassiner. Mais les malfrats sont tombés sur moi, et mes compagnons, paix à leurs âmes...

Mais oublions cette anecdote qui n’a rien de glorieuse. Nous sommes donc à Bögenhafen et par un heureux hasard la cité est en pleine période de foire, la Schaffenfest ! Nous décidons donc de nous y rendre avec nos quelques couronnes en poche. Mes compagnons ont dans l’idée de se divertir et de participer à la beuverie collective.... Ma démarche étant plus intellectuelle, c’est l’occasion d’étudier les coutumes locales en me fondant dans la masse et de rencontrer d’éventuels confrères herboristes !
La foire est très animée et est massivement fréquentée par la paysannerie locale. La Schaffenfest est une fête printanière dédiée aux ovidés, moutons, méchouis et compagnie...

A peine faisons nous quelques pas dans la foule que Félix se fait embobiner par un marchand et achète, lors d’une vente à la criée, un magnifique mais encombrant lot de 13 brebis. Heureusement que le prix est correct : 10 couronnes. Nous voilà donc contraint de trouver une solution pour se débarrasser du troupeau, et si possible d’en tirer un bon bénéfice ! En attendant, nous confions les brebis au vendeur et poursuivons la visite de la foire.

Je vous passe rapidement le désastreux épisode où Randulf et Zemelda se sont fait massacrer par le champion de la foire en combat régulier... Pourtant le gros morceau de viande qu’ils avaient en face n’était plus très frais. Mais même avec les chants remotivant de Lilaann pour les encourager, ils n’ont pas fait long feu face au lutteur. On va mettre ça sur le compte de la fatigue du voyage... Bien heureusement que mes talents et mes connaissances en herboristerie m’ont permis de rapidement les remettre sur pied.

En fin de matinée nous arrivons dans le coin des camelots et autres charlatans beuglant plus fort les uns que les autres pour revendre leurs marchandises douteuses. Fort heureusement, ma brillante lucidité me permet de repérer une marchande tout à fait honnête et chez qui je me procure quelques herbes de qualité. (Note pour plus tard : il faudra que je me rende à la résidence de cette personne pour consulter son stock d’herbacé et de graminée)

C’est alors que je discute avec la revendeuse d’herbe que la foule s’agite. La garde de la ville poursuit un voleur. Le bandit s'apprête à passer juste à nos côtés lorsque Félix me bouscule pour essayer de le faire chuter. Mais cet engourdi de forestier me propulse directement dans une flaque de boue, laissant le brigand s’évaporer dans la foule. Les gardes nous arrêtent, moi et Félix et nous traînent devant le juge en nous désignant complice du voleur. Fort heureusement, le juge est un homme lucide et se concède à reconnaître que nous n’avons pas l’allure de brigand. Lorsque nous ressortons du tribunal, lavé de tout soupçon, un nain décrépie, suspendu à un pilori, attire notre attention et nous demande une piécette. (Je note ce détail anodin car j’ai le sentiment que nous retomberons sur ce nain un jour ou l’autre)

Nos 13 brebis sont revendues brillamment pour la somme de 15 couronnes lors d’une nouvelle vente aux enchères où tous mes compagnons excellent pour se débarrasser des petites bêtes.

Nous prenons ensuite le repas consistant et traditionnel servit à la foire et l'après midi nous décidons d'assister au spectacle d’un certain docteur dont le nom m’a complètement échappé. Le bonimenteur nous promet un festival de bizarreries diverses dont un authentique gobelin à 3 pattes ! Mais le spectacle tourne mal. Le gobelin s’échappe par une grille d’accès vers le réseau d’eau usagée de la ville devant des spectateurs effrayés. Le forain s’en remet à nous, et voyant qu’il a à faire à des aventuriers aguerris nous propose une récompense de 50 couronnes pour qu’on lui ramène sa créature intacte ! Ce que nous acceptons car bien évidement, il en va de la sécurité de la ville. D’ailleurs les gardes de la ville, attirés par la panique et trop occupés par la foire pour s’occuper de cette affaire nous suggère d’aller nous en référer au juge. Celui-ci nous propose alors une autre récompense pour éliminer la menace que représente ce gobelin à 3 jambes dans les égouts de Bögenhafen.

Sans prendre la peine de nous équiper en arme, torche, plan ou quoi que ce soit d’utile dans ce genre de situation, nous fonçons directement dans les égouts. L’exploration nous prend presque une journée entière. Nous suivons le gobelin à la trace, et passons devant une porte marquée du signe de la guilde des voleurs. Il règne une puanteur suffocante dans ce dédale de couloir qui nous masque les odeurs de gaz et de souffre, et nous ne voyons pas le coup de grisou arriver ! (Non l’halfelin ne réagit pas comme un canari dans ce genre de situation !). Malgré tout, bien qu’un peu sonnés, l’explosion ne nous arrête pas et nous continuons la traque du gobelin à 3 jambes. Bien évidement, je m’occupe de griffonner un plan des lieux pour mieux nous orienter. Nous nous faisons ensuite surprendre par une sorte de poulpe géant que j’élimine avec brio d’un seul carreau d’arbalète bien placé, sauvant par la même occasion ce brave Randulf incapable de maîtriser la bête avec son épée (note pour plus tard : Toujours attaquer une octopode avec une arme à distance !)

C’est ensuite que le drame est arrivé. Une erreur de ma part dû sans doute à l’euphorie de l'élimination du “poulpis octopusis”... Notre groupe arrive dans une zone des égouts recouverte d’une étrange mousse rouge. Bien évidement, je l’identifie grâce à mes connaissances encyclopédiques comme une sorte de lichen aux propriétés nocives. Seulement, j'informe mes compagnons d’aventures, et sur le moment j’étais persuadé de ce fait, que tant que l’on ne touche pas à la mousse tout ira bien. D’après mes lointains souvenirs, le poison de cette variété de plante n’était dangereux que par contact. Et pour prouver mes dires, je passe en premier dans le couloir recouvert de mousse. Au moment où je pose le pied devant la mousse, celle-ci libère une sorte de gaz aliénant que je prends en pleine figure. J’en garde encore des séquelles aujourd’hui. Ma santé mentale se détériore immédiatement...

Vous comprendrez, cher lecteur, et je m’en excuse, que la suite de ce récit sera approximatif en raison de ce malencontreux incident. L’état psychologique dans lequel je me suis trouvé après avoir inhalé le gaz, ne m’a pas laissé tout mémoriser, et je dois reconnaître avoir dû faire confiance à mes compagnons pour gérer la suite de notre aventure à Bögenhafen. Malgré tout voilà ce dont  je me souviens :

Nous trouvons finalement dans les égouts une salle secrète, une sorte de lieu de culte hérétique avec un pentagramme tracé au sol. La porte est forcé par mes compagnons et Lilaann, pleine de courage, est allée seule inspecter la pièce. Je me souviens avoir eu un fort mauvais pressentiment à ce moment là, ce qui c’est confirmé par l’apparition d’une sorte d’entité maléfique, un spectre ou un démon, je ne sais plus, je n’ai de toute façon pas osé l’observer. Mais heureusement, notre chère amie elfe est ressortie de la pièce sans encombre et avec le gobelin à 3 jambes, ou du moins ce qu’il en restait, l’os de son bassin. Lilaann a aussi trouvé un mouchoir aux initiales “F.S.” brodées.

Une fois à l’extérieur, nous apprenons que le gobelin a déjà été abattu dans les entrepôts du port et que l’on ne nous donnera aucune récompense pour un bassin de gobelin difforme. Même le docteur “Machintruc” n’en veut pas.

Aux entrepôts, un gardien, pas très frais et plein de vinasse, nous apprends qu’il a lui même stoppé le gobelin. L’homme était en charge de la surveillance des entrepôts de Franz Steinaguer. Le rapprochement est immédiatement fait avec les initiales du mouchoir...

Franz Steinaguer est un des notables de la ville et commerçants, nous décidons d’aller le voir directement, en se présentant avec Kastor Lieberung, le faux... Mais aucune information ou aide n’est obtenue. Mais nous sentons bien que l’homme ne nous dit pas tout...

La suite de cette aventure m’est un peu confuse. Le poison de la mousse rouge m’a sans doute trop engourdi l’esprit pour que je me souvienne de tous les détails. Ce que je sais c’est que nous avons observé pendant de longues heures les faits et gestes de Steinaguer. Lilaann et Zemelda ont pénétré la nuit dans son bureau pour y dérober des documents et un grimoire.

Le juge est victime d’un empoisonnement que j’ai pu moi même constater. J’étais encore suffisamment lucide à ce moment là pour donner quelques conseils à son médecin. Prions Véréna pour qu’il guérisse.

Nous avons mené une enquête dans toute la ville, en particulier dans ses divers temples, pour finalement découvrir une société secrète constituée de la plupart des notables de Bogenhafen. Ces gens là pratiquaient des rituels étranges à tendance démoniaque. Mais fort heureusement, nous les avons stoppé, et évité le sacrifice d’un pauvre innocent.

Maintenant que nous nous sommes bien faits remarquer à Bogenhafen. Que nous nous sommes fait ennemis de la plupart des notables de la ville. Et que le juge ne peux ni nous récompenser, ni nous protéger. Je crois qu’il ne nous reste plus qu’une chose à faire : tracer notre route avant que le chaos s’empare définitivement de la cité ! Et moi je vais aller me reposer avant que mon esprit explose.... Tiens, bizarre, il m’a semblé avoir aperçu un farfadet chevauchant une citrouille volante, je l’aurai juré ! Il faudra que j’en parle à la mère Denis grande patronne de la guilde des lavandières d’Altdorf.

Repost 0
21 décembre 2010 2 21 /12 /décembre /2010 13:59

En ce mois de décembre, nous avons commencé l'Aventure avec un grand A. Je veux bien sûr parler de la campagne mythique de Warhammer, La campagne légendaire du jeu de rôle : La Campagne Impériale.

C'est un immense plaisir pour moi que de jouer cette aventure. Mais finalement peut importe le scénario, il s'agit en fait d'un très bon prétexte pour de vieux briscards, camarades de jeu et amis de se retrouver pour une franche rigolade autour d'une bonne partie de jeu de rôle.

D'autant plus qu'aux commandes et à la "masteurisation" de cette campagne, nous avons le grand, que dis-je... l'immense, le flamboyant ... l'homme aux éperons d'or ... le Sieur Nénel ! Que je considère comme le top de la crème des MJ et qui est un de mes initiateurs rôlistiques. (Quoi ? Comment ça je fais de la lèche à mon MJ pour éviter quelques carreaux d'arbalète lors de la prochaine partie ? Même pas vrai !)

Bref, voici le compte rendu de cette premier aventure, en espérant qu'il y en est beaucoup d'autres. Ce résumé nous permettra de garder le fil de l'histoire en tête pour nos prochaines parties.

 

Le casting

Une équipe de bras cassés plus motivée par l'appât du gain que par la gloire !

  • Curly Crèmecuite, jeune halfelin herboriste et charlatan, combattant de 15ème ligne, planqué là derrière
  • Félix Legrand, dit “le Comte Pépal”, dit “sosie de”, humain et maître ratier professionnel et fier de l’être
  • Lilaann, jeune fille elfe qui se faisant passer pour une apprentie sorcière équipé d'un grimoire vide mais qui a de la classe et de l’étiquette
  • Randulf, humain, écuyer vaillant qui fonce dans le tas et pouvant parer les carreaux d’arbalète avec son torse comme un certain Boromir
  • Zemelda, humaine dotée de l’immense pouvoir de vriller les esprits avec ses talents d’hypnotiseuse, enfin quand ça marche... Peut aussi servir de cric pour soulever les diligences.

 

L'aventure

 

Tout commence en l’an 2512 du calendrier impérial, autour d’un cheval blessé sur la route d’Altdorf, la capitale de l’empire. Randulf l’écuyer se retrouve désemparé devant son fidèle destrier à la patte cassée lorsqu’un ratier un peu trop curieux du nom de Félix Legrand, déjà alléché par la perspective d’un bon ragoût de cheval, s’approche s’enquérir de la situation. C’est alors que sur la route arrive deux compagnons de voyage, Lilaann l’elfe et Curly l’halfelin, tous deux partis vers l’aventure après avoir quittés la maison de leur maître et professeur. Alors que la discussion s’engage à propos de l’animal souffrant, Zemelda arrive et s'intéresse à l’affaire. Curly profite de la situation pour refourguer à Randulf une pommade pour soit disant soigner l’animal. Finalement, devant l’inefficacité du remède, la décision est prise d’achever la bête et de continuer tous ensemble à pied jusqu’à l’auberge la plus proche. Et c’est ainsi que la fière et valeureuse communauté est créée... Enfin, appelons ça juste le groupe...

Guidé par Félix et son fidèle compagnon Kiki, un chien bâtard, le groupe, donc, arrive en fin de journée à un relais de diligence. Le tenancier, un homme jovial et joufflu, les accueille chaleureusement en compagnie de son étrange oiseau noir. D’après les experts en ornithologie du groupe, il s’agit d’un spécimen de Ménaque ! La soirée se passe paisiblement autour d’un bon repas, d’autant plus qu’il est généreusement offert par un des clients de l’auberge, un élégant gentilhomme. Ce dernier propose ensuite une petite partie de carte pour passer le temps... Les autres voyageurs de passage ne sont pas très ouvert à la discussion ni au numéro d’hypnose de Zemelda. D’ailleurs, on apprend qu’une foire va bientôt avoir lieu à Bögenhafen où Zemelda pourra trouver un public pour ses tours d’hypnose.

Le lendemain, une diligence appartenant à une petite compagnie locale quitte le relais pour prendre la direction d’Altdorf. Après des négociations serrées le groupe obtient un bon prix pour voyager... sur le toit de la diligence ! Maudit soit cette compagnie de charlots, nous aurions mieux fait d’attendre une diligence de la compagnie des 4 saisons. Bien sûr, le voyage commence mal avec un terrible orage. Mais ce n’est rien à côté de ce qui nous attendait …

En effet, au détour d’un virage, en pleine zone boisée la diligence s’arrête face à un obstacle pour le moins inattendu et effrayant. Quelques débris ensanglantés d’une calèche barre la route. Félix, plein de bon sens et de courage prend l’initiative d’envoyer son chien kiki en éclaireur. Alors que l’animal approche, un homme difforme à la bouche pleine de bave et au regard sombre, bref un mutant, déboule de nulle part et tord le cou de kiki. Ni une, ni deux, le combat s’engage et rapidement le mutant est éliminé, découpé en 2 par l’épée de Randulf. Zemelda reconnu le mutant comme étant un de ses vieux amis, un certains Rolph...

La route est déblayée et la diligence repart sur les chapeaux de roue, un peu trop rapidement car en sortie de virage les restes encore fumant de la diligence attaquée par les mutants bloque le passage. Pris de panique, les conducteurs tirent un peu trop fort sur les rennes et une des roues de la diligence part dans le fossé, faisant renverser le véhicule sur Zemelda. C’est alors que 3 mutants, dont un armé d’une arbalète et un autre avec une tête de chien, prennent d’assaut le convoi. Le combat est difficile est très désorganisé. Les carreaux d’arbalète pleuvent et font pas mal de dégâts à Félix et Randulf, mais cela n’en retire en rien à leur bravoure au combat. Au même moment Lilaann tente de dégager Zemelda coincée dessous la diligence, alors que Curly, glacé par la peur, essaye de se mettre à l'abri dans le véhicule. Les mutants sont finalement et difficilement éliminés.

Le groupe est complètement abasourdi par l’horreur de la bataille et des mutants. C’est alors que Lilaann trouve un étrange cadavre traîné derrière un rocher. Il s’agit d’un humain s'avérant être le parfait sosie de Félix, à la différence que le mort est bien mieux habillé. On trouve sur lui des documents à propos d’un héritage à récupérer à Bögenhafen. Il y aurait un manoir et un bon paquet de couronnes à se partager. Rapidement la décision est prise de faire passer Félix pour le mort et d’aller chercher le pactole. Zemelda utilise alors astucieusement ses talents d’hypnose pour donner la nouvelle identité à Félix. Le ratier devient alors Kastor Lieberung, ou du moins sont parfait sosie.

Avant de poursuivre vers Altdorf, les voyageurs sont recueillis par une bande de gardes forestiers qui les hébergent pour la nuit.

Arrivé à Altdorf, sur la grande place, le groupe, et en particulier Félix, manque de discrétion. Le ratier répète au premier venu que son nom est Kastor Lieberung. D’ailleurs, dans la foule, la présence d’individus louches s'intéressant particulièrement au ratier est remarquée. C’est alors que Randulf retrouve un vieil ami, Joseph, un marchand de vin. Il possède une péniche, et doit se rendre à Bögenhafen pour la Schaffenfest. Il recrute le groupe d’aventurier le temps du voyage pour assurer le service à bord et l’entretien du bateau.

Le soir arrive et, en compagnie Joseph, le groupe part se restaurer dans une des tavernes du port. C’est au milieu de racailles locales et de miliciens ivres que le repas est pris.

En direction de la péniche, où des couchettes propres et douillettes attendent le groupe, Lilaann et Curly, grâce à leur 6ème sens, ont la sensation d’être suivi. Des bruits de lutte se font entendre au travers des ruelles sombres, puis le mauvais pressentiment des 2 lettrés disparaît.

Le lendemain, avant le départ, Curly part en ville acheter quelques herbes pour ses préparations. Il entend alors les rumeurs parlant d’un crime et de 2 cadavres retrouvés dans le quartier autour du port...

Le groupe vogue vers Bögenhafen sans encombre en passant plusieurs écluses. Durant l’une de ses haltes, un homme du genre patibulaire apparaît. Il s’agit d’un des hommes louches vu plus tôt sur la place d’Altdorf.

Quelques jours plus tard, la péniche arrive enfin à Bögenhafen. C’est le soir, le groupe passe donc la nuit sur la péniche avant de se rendre en ville. Avec tous ces types louches aperçus de-ci, de-là, des tours de garde sont organisés. Au beau milieu de la nuit, alors que Curly a en charge la surveillance, un individu perché sur les toits tire des carreaux enflammés sur l’embarcation. L’alerte est donnée et le bateau prends feu. Randulf, qui dormait sur le pont, fonce tête baissé en direction de l’homme, suivi par Curly armé d’une planche de bois. L’affrontement est bref. L’homme refuse de parlementer, et Randulf l’achève de la pointe de son épée. On retrouve sur lui une lettre parlant d’une société secrète.... une sorte de magistère (autrefois connu sous le nom de magistère du marteau, appelé également le magistère hammer) et où il est fait mention de Kastor Lieberung.

Le lendemain, aucune trace à Bögenhafen du prétendu notaire et de son soit disant héritage. Les promesses de richesse s’envolent, mais le groupe va pouvoir profiter de la Schaffenfest et de ses 3 jours de fête !

Repost 0
1 octobre 2009 4 01 /10 /octobre /2009 14:37

Il y a une dizaine de jours, j'ai fait jouer une première aventure dans l'univers de Battlestar Galactica. Pour cela j'ai utilisé le Quickstart Guide avec personnages pré-tirés et système de règle allégé.
C'était pour moi un petit défis car cela faisait bien longtemps que je n'avais plus fait de jeu de rôle, et encore bien plus longtemps que je ne m'étais pas assis derrière un écran (surtout que mon expérience de meneur de jeu est aussi développée que la chevelure d'Homer Simpson, c'est à dire proche du néant). Ajoutons à cela, pour corser le tout, du matériel exclusivement en VO... M'enfin bon, vous n'êtes pas là pour m'écouter me plaindre.

L'aventure est assez simple, linéaire, mais je la trouve très bien pour une introduction de campagne. Personellement, j'ai pris beaucoup de plaisir à préparer et à faire jouer ce scénario.
J'espère qu'il y aura une suite, mais cela ne dépend plus de moi puisque j'ai passé le flambeau de meneur de BSG RPG à Sébastien ( On compte sur toi Seb, bon courage ! ). Je reprendrai son personnage pour la suite des aventures à moins que l'on en fasse des nouveaux puisque ceux-ci étaient des pré-tirés.

Au menu 4 courageux joueurs:

  • Benoit > Milo Asani, un génie de l'informatique au passé pas très net.
  • Lætitia > Lieutenant Philip "Phoenix" Everette, un pilote talentueux.
  • Nathalie > Angela Vaughn, second maître experte en mécanique.
  • Sébastien > Tomas Somerset, un ambitieux docteur en médecine et physique.


Voila qui constitue un groupe de champion ! Et pourtant le projet militaire secret "Griffon X7" sur lequel ils travaillent est un vrai désastre. Le Griffon est un nouveau vaisseau, évolution du Raptor. Un prototype à pu être mis au point mais c'est sans compter les dépassements de budget et les retards accumulés.

Chapitre 1 : "Errors in the system"
Nos "héros" sont convoqués dans une tour du centre de Caprica City par l'Amiral Geoffrey Rees pour faire un point sur l'avancement du projet. L'amiral est mécontent et passe un savon à son équipe qui pour faire bonne figure promet de régler tous les problèmes dans un délai de quatre jours maximum, prétextant un bug informatique et rejetant la faute sur Milo Asani. Tomas Somerset, responsable du projet est confiant, assure que le Griffon sera opérationnel.
En fin de réunion, l'amiral leur annonce que les plus hauts dirigeants de l'armée coloniale souhaitent assister le lendemain à un vol de démonstration du Griffon et que si la démonstration se déroule bien, ils pourront obtenir le financement nécessaire pour terminer le projet. L'affaire est tendue mais l'amiral est là pour les soutenir.

Chapitre 2 : "Trapped in an elevator"
Le groupe se retrouve seul dans la salle de réunion, l'amiral ayant visiblement d'autres soucis à traiter. Ils commencent immédiatement à étudier et réfléchir aux solutions qui leur permettraient d'éviter le fiasco du projet.

Ils se décident finalement de se mettre au travail et quittent la salle de réunion par un ascenseur totalement vitré, coulissant à l'extérieur du bâtiment et leur offrant une vue magnifique sur la ville. Alors que l'ascenseur entame sa descente, ils voient un flash de lumière au nord immédiatement suivi par une énorme boule de feu à la station électrique North River. Quelques secondes après une série d'explosion se fait entendre un peu partout dans la ville. L'ascenseur saccade et s'arrête entre le 20 et le 21éme étage. La plus part des lumières de la ville s'éteignent. Les vitres des bâtiments alentours se brisent et tombent dans les rues. C'est la panique. Concert de klaxons....

Nos héros, qui se comportent en héros, ne cèdent pas à la panique et c'est avec force et sang froid qu'ils tentent de trouver une issue en ouvrant les portes de l'ascenseur. Mais ils ne trouvent qu'un mur infranchissable.
L'appel via l'intercom de secours ne donne rien de mieux, les opérateurs qui répondent sont débordés et paniqués.
Au même moment, ils aperçoivent un engin très rapide passer entre les nuages et réalisent qu'il s'agit d'un type de vaisseau totalement inconnu.
Finalement ils décident de passer par la trappe métallique de sécurité et de monter sur le toit de l'ascenseur, à l'extérieur, ce qui leur donne accès a une petite échelle de secours qu'ils doivent emprunter un par un. Alors que Milo Asani, dernier à sortir de l'ascenseur, monte sur le toit, une grosse explosion provoque une chute progressive de celui-ci. Il lui faut alors plusieurs tentatives pour arriver à sauter sur l'échelle. Il y arrivera avec difficulté mais se cassera un bras dans l'exercice.

Le groupe arrive finalement à regagner l'intérieur du bâtiment en passant par une fenêtre brisée. Ils redescendent jusqu'au hall du bâtiment en passant par l'escalier principal. Ils y trouvent une foule de gens blessés et terrifiés.
Un écran vidéo est réglé sur une chaîne d'information locale. Un reporter se trouvant dans la rue décrit les derniers événements lorsqu'il est interrompu par le vol d'une escadrille de 5 Vipers passant au dessus de la ville. Les personnes autour se posent des questions sur leur présence. Le reporter donne ensuite la parole à un envoyé spécial à Elysia, une ville au sud du continent. Il parle d'une bataille qui aurait lieu dans cette ville lorsqu'à l'écran apparait un flash de lumière et un souffle d'air qui balaye tout sur son passage, l'image se fige avant de revenir au reporter qui semble complètement choqué. Il annonce qu'Elysia a été détruite par une explosion nucléaire ! Les gens dans le hall deviennent hystériques et paniqués. Ils interpellent le groupe, surtout le Lt. Everette pour savoir ce qu'il c'est passé et ce qu'ils doivent faire.

'Pause pizza'

Chapitre 3 : "Need a fast car"

Caprica City est alors plongée dans un état de panique totale. Toute la population tente de fuir la ville et des pillards dévalisent les boutiques. Nos héros, sans scrupule, font de même et récupèrent quelques équipements qui pourrait leur être utile (corde, torche électrique, talkie-walkie...), mais ne trouveront pas d'armurerie...
La priorité pour eux est de trouver un moyen de quitter la ville car ils le savent, une explosion nucléaire peut arriver à tout moment. Ils souhaitent rejoindre la base d'essai pour récupérer le Griffon.
Le docteur Somerset veut retrouver sa petite amie qui l'attend dans leur appartement du quartier Delcourt. Après négociation il arrivera à convaincre son équipe de faire un détour pour aller la récupérer.
Pour se déplacer plus rapidement, ils prennent place dans un véhicule tout terrain stationné en bordure du trottoir. Ils parviennent à l’ouvrir et démarrer le 4x4 grâce à leur aptitude en mécanique.
Alors qu'ils sont prêts à partir, un civil complètement paniqué, se montre assez envahissant et désire faire le voyage avec eux. Il rentre à l'arrière du véhicule et demande au groupe de démarrer rapidement. Il dit travailler au services postaux et vouloir rejoindre sa mère. Nos "héros", ne voulant pas se traîner un boulet, font alors sortir l'intrus du véhicule avec force et grands coups de pied et le laisseront totalement abattu sur le trottoir.
Finalement, le lieutenant Everette se met au volant et démarre le véhicule, mais pas pour longtemps car rapidement, c'est la panne sèche... Quelqu'un à pensé à vérifier le niveau d'essence ?
A nouveau le groupe se met en quête d'un nouveau véhicule qu’ils trouvent rapidement. Cette fois c'est le bon et ils filent en direction de Tina, la fiancée du Dr. Somerset.

Alors qu'ils roulent à vive allure sur la voie rapide, un étrange vaisseau noir en forme de demi-cercle déboule de nulle part. Bien qu'ils n'aient jamais vu de tel engin auparavant, ils comprennent qu'il s'agit d'un raider cylon. Le vaisseau se met à leur niveau et vole à basse altitude pendant quelques minutes. Puis il se positionne derrière eux, en reprenant de l'altitude et ouvre le feu. Le conducteur du véhicule tente une manœuvre désespérée, il zigzague pour éviter les tirs. Mais une explosion à l'arrière lui fera perdre le contrôle et le véhicule part en tonneau hors de la route.
Par miracle, tout le monde est indemne et nos héros trouvent refuge dans un hall d'immeuble d'un quartier déserté et sans aucune autre voiture à l'horizon.
Ils tentent alors de contacter du secours avec leurs talkie-walkie que Milo à modifiés pour capter les fréquences de l'armée coloniale. Ils captent alors une conversation entre 2 pilotes disant que les cylons rassemblent des civils au stade du jeu de pyramide.

Ils ne sont plus très loin du quartier Delcourt et décident de faire le reste du chemin à pied. En chemin un hélicoptère de la police de Caprica, touché par un tir de cylon atterrit violemment à une centaine de mètre d'eux. En s'approchant, ils découvrent que le pilote est toujours en vie mais blessé et coincé à l'intérieur du cockpit. L'hélicoptère est en flamme. Nos "héros" tentent de le libérer mais ne parviennent pas à ouvrir la porte du cockpit... Ils perdent alors l'occasion d'avoir un second pilote et de récupérer des armes dans l'explosion de l'hélicoptère.

Chapitre 4 : "Fire in Delcourt"
Lorsqu'ils arrivent enfin devant l'immeuble de Tina, ils découvrent un bâtiment en feu. Des pompiers et leur camion sont au pied de l'immeuble. Le capitaine des pompiers appelle à l'aide car il n'a plus que 3 hommes avec lui. La porte de l'immeuble est bloquée. A l'aide d'une sorte de bélier métallique les pompiers et nos ""héros"" tentent de pénétrer dans l'immeuble pris par les flammes. Après plusieurs tentatives, ils ne trouvent pas la force nécessaire pour défoncer la porte et doivent se résigner à abandonner l'immeuble et Tina dans les flammes.
Le Dr. Somerset ne semble pas vraiment affecté par la perte de sa fiancée, et garde l'espoir qu'elle ne se trouvait plus à l'intérieur de l'immeuble.
Les pompiers font part de leur inquiétude au groupe et leur demande conseil. Certains d'entre eux pensent qu'ils devraient organiser une résistance face aux envahisseurs cylons.
Finalement, le groupe, ayant besoin d'un véhicule, arrive à convaincre les pompiers de se joindre à eux en leur promettant de pourvoir leur faire quitter la ville a bord du Griffon. C'est donc avec le camion de pompier qu’ils repartent en direction de la base d'essai Archimède.

Chapitre 5 : "The Archimedes Test Facility"
A la base d'essai Archimède, 2 vaisseaux sont présents. Il y a le "Topbird", un vaisseau de transport civil pouvant accueillir un grand nombre de personnes mais ne possédant aucun système de défense et le prototype du Griffon. Le Topbird est prêt sur le tarmac, le Griffon est dans son hangar.
Une foule de civil s'est constituée et encercle le Topbird. Ils sont désespérés et à la recherche d'un moyen pour s'enfuir. Ils n’ont pas de pilote.
L'arrivée de nos héros sur la base ne se fait pas en discrétion avec leur camion de pompier... La foule perçoit l'arrivée de nos héros comme une libération et sont heureux de voir parmi eux un pilote.
Les clefs de lancement du Topbird et du Griffon sont à l'intérieur de la base. Le bâtiment est bien sécurisé et le seul moyen d'y pénétrer est la porte principale. Mais bien sur, sans électricité, celle-ci est close. Mais ce n'est pas un problème pour nos héros qui l'ouvre en utilisant le matériel des pompiers (pinces de désincarcération). Une fois les clefs récupérées, ils prennent la direction du Griffon toujours suivi par la foule de civil.
Arrivés dans le hangar ils trouvent d'autres personnes autour du Griffon, restée coincé dans le bâtiment.
Un choix doit être fait entre les 2 vaisseaux puisqu'il n'y a qu'un seul pilote. Le Topbird permettrai de sauver tout le monde mais sans armes leur chance de survie serait limitée. C'est pourquoi nos héros décident de partir avec le Griffon. Mais Les civils ne sont pas d'accord avec ce choix et préfèrent le Topbird pour que tout le monde soit sauvé. Ils protestent et c'est alors que l'un d'entre, armé d'un pistolet, tire un coup en l'air et prend Milo Asani en otage en lui passant un bras autour du coup. Il menace de tuer Milo pour que ce soit le Topbird qui soit sélectionné. Milo tente alors de se défaire de son emprise par une pirouette audacieuse (surtout avec un bras cassé). Un écrasement du pied suivi d'une chute en arrière permet de déséquilibrer son agresseur. L'homme laisse tomber son arme et ne montre plus aucune résistance.
Le champ est désormais libre pour le Griffon. 20 personnes sont sélectionnées. Les portes des hangars sont ouvertes sans trop de difficultés. Les moteurs du griffon chauffent...

Chapitre 6 : "The end and the beginning"
A bord du Griffon, nos héros prennent de l'altitude dans l'atmosphère de Caprica avant de faire un premier bond PRL. Une fois le bond effectué, une transmission est reçue sur la fréquence de commandement de la flotte coloniale:

"A toutes les unités coloniales. J'ai pris le commandement de la flotte. Tous les vaisseaux ont pour ordre de se regrouper avec le Battlestar Galactica au point d'ancrage de Ragnar pour organiser une contre offensive. Commandant Adama."


Nos héros, heureux d'avoir enfin des nouvelles positives de l'armée coloniale, décident de préparer un bond vers Ragnar...

Repost 0

Qui lance le dé ici ?

Lionel aka YoYo. Mon modeste blog est dédié aux jeux de rôles, loisir que je pratique depuis une dizaine d'années. Vous trouverez ici idées, avis, humeurs, critiques de jeux, comptes rendus de parties et même certaines de mes créations.

Rechercher

Archives

Flux RSS

Flux RSS

www.netvibes.com

www.wikio.fr